Les tendances, version 0.1

Les tendances sont souvent synonymes des orientations futures du marché. Une entreprise en mesure de les identifier pourra mettre en place des stratégies efficaces et exclusives qui la positionnera souvent en tête de peloton. Les visionnaires, tels que Jobs, ont bâti des empires sur leur capacité de bien anticiper les besoins futurs du marché. 

Mais que sont ces tendances? Les besoins des consommateurs sont-ils constamment en évolution?

Quand on regarde rétrospectivement, la majorité des tendances sont en fait étroitement liées à l’accessibilité des services. Par exemple, le besoin d’écouter de la musique est toujours demeuré échangé, mais le mode de distribution a quant à lui évolué de la radio à la cassette, pour finalement passer du disque compact au MP3. Le walk-man jaune de Sony, un accessoire indispensable dans les années 90 est devenu un Ipod, mais le besoin comblé est exactement le même.

Comment identifier les tendances

Un plan de mise en marché devrait toujours inclure une veille des nouvelles technologies. Ces dernières sont, dans la majorité des cas, la base de l’innovation. Un marché répond déjà à un besoin identifié par la population. Dans les faits, cette dernière n’en crée pas de nouveaux de façon régulière. Les besoins fondamentaux resteront toujours les mêmes, soit se loger, se nourrir, se vêtir, … Le besoin de se divertir est quant à lui très large, incluant les sorties sociales de tout genre en passant par les sports et la détente. La vraie innovation n’est donc pas de trouver un nouveau besoin, mais bien d’en faciliter l’accès.

Prenons l’exemple d’un restaurant. Ce dernier comble le besoin fondamental de se nourrir, mais existe davantage pour le divertissement. Dans cet ordre d’idées, l’ajout d’items au menu ne représente certainement pas une innovation. Toutefois, comment cette nourriture est servie au client, soit l’accès, a donné naissance à des chaînes. Les exemples évidents sont le bar à pain de Pacini et l’aire de jeux de McDonald. Dans les deux cas, aucune des chaînes n’a réinventé le menu italien ou de restauration rapide, mais les deux ont posé les fondements de leur chaîne sur leur innovation, soit une nouvelle façon de consommer.

Aucune n’a créé de besoin, elles ont simplement révolutionné l’accessibilité. Une version divertissante de servir le pain, un classique de la restauration italienne, ou de rendre l’heure des repas agréable pour les enfants en le jumelant au jeu.

Ce que cela veut dire pour une entreprise

Quelles sont les implications pour l’entreprise? Qu’elle soit en démarrage ou en croissance, une entreprise existe dans l’unique objectif de combler un besoin. Que cela soit celui d’une entreprise ou d’un consommateur. Cet objectif est la raison d’exister de cette dernière et peut très difficilement être changé. Le positionnement de l’entreprise proviendra toutefois de la différenciation dans la façon dont le service sera livré au client. De plus, cela doit être fait dans le respect des valeurs et de la mission de l’entreprise. Cette dernière se doit donc d’être assez large pour permettre l’évolution, mais suffisamment précise pour orienter cette dernière.

La tendance s’inscrira donc souvent dans les nouvelles technologies puisque ces dernières offrent de nouvelles opportunités en améliorant les performances, cependant, focaliser que sur cet aspect sera au risque de manquer le plus évident. Le bar à pain et l’espace de jeux n’incluaient aucune nouvelle technologie, mais ont été drôlement efficaces. Toutefois, un bar à pain individuel aux tables nécessiterait certainement un défi de ventilation, sans pour autant être technologique.

En conclusion, trouver un besoin à combler est certainement le plus simple, mais le comment restera toujours un grand défi, d’autant plus que cette recette de distinction devra se renouveler au cours des années. Dans le cas contraire, elle deviendra une norme et n’apportera plus la plus-value initiale. Le service de livraison de St-Hubert, né en 1951, en a fait un chef de file pour plusieurs décennies, mais aujourd’hui n’apporte plus aucune notoriété à l’entreprise. Dans le meilleur des mondes, St-Hubert aurait été à l’origine d’un Uber Eats québécois, Eaton d’un Amazon et l’industrie du taxi, d’un Uber.

L’innovation n’est pas qu’une bonne idée, mais bien un processus ouvert en constante évolution. Dans le cas contraire, on se retrouvera rapidement avec une date d’expiration par l’amélioration naturelle de l’idée ou alors, tout simplement, par l’imitation.

Le plus dur n’est pas d’initier le processus, mais bien de constamment le remettre en question, malgré un succès retentissant.